P.V. Piobb

Pierre Piobb

P.V.Piobb (1874-1942)

Descendant d’une vieille famille florentine, P.V.Piobb, de son vrai nom Pierre Vincenti, est né en Corse, dans le village de Piobbeta, dont il tira son pseudonyme. Après des études au collège Stanislas, à la Sorbonne, puis en faculté de droit, il entreprit plusieurs voyages et rechercha en particulier en Italie et en Espagne d’anciens manuscrits occultistes.

Puis il traduisit l’essentiel de l’oeuvre de Robert Fludd,avant de se lancer dans le journalisme, d’abord en Corse, puis à Paris à partir de 1895, où il fut un brillant chroniqueur scientifique,avant de se consacrer exclusivement à l’hermetisme. Il rédigea alors son fameux Formulaire de Haute Magie,en 1907,et créa la Société des Sciences Anciennes, où il enseigna et donna de nombreuses conférences. Cette activité fut malheureusement interrompue par la guerre en 1914.

De 1914 à 1919 il travailla pour la propagande au ministère des affaires étrangères, et eut  toujours par la suite une activité politique, en s’opposant notamment au fascisme mussolinien, particulièrement en ce qui concernait ses visées sur la Corse.

Il appartenait à un groupe d’occultistes dits « scientifiques », notoirement opposés à René Guenon. En tant qu’ « homme de lettres et homme de science » Piobb s’est employé, en mettant à profit ses connaissances en langues anciennes à redresser les opinions courantes véhiculées par les auteurs modernes sur les anciens hermétistes. Il pensait que ceux ci, appartenant à des civilisations brillantes ne pouvaient, en matière scientifique, avoir raisonné de manière aussi illogique et ridicule que le prétendaient les auteurs modernes. En reprenant à la base les traductions et interprétations, il y a trouvé des faux sens, des imprécisions, et même des contresens, qui l’ont parfois amené à s’opposer à d’autres occultistes. Toujours est-il que son travail est de tout premier plan, et que nous vous recommandons particulièrement la lecture des livres suivants :

Formulaire de Haute Magie (1907)

Le secret de Nostradamus (1927)

Clef universelle des sciences secrètes  (1950)(ouvrage posthume )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *